Reconnaître les scolytes dans son propre jardin à temps

Date: 14.06.2021
Catégories: Jardinage

Dans la sylviculture, l’invasion de scolytes dans les forêts est un problème qui est déjà connu depuis longtemps, qui cause des dégâts considérables dans les bois et qui – en raison d’une offre excessive créée par des abattages précoces – tire massivement le prix du bois à la baisse.

Qu’en est-il en fait de nos jardins indigènes ? Dans le reportage suivant, tu apprends la façon dont tu peux reconnaître une invasion de scolytes dans ton jardin à temps et ce que tu peux faire pour te défendre contre ces parasites. En outre, nous souhaitons nous concentrer sur la question ce que l’on peut faire pour ne pas être victime d’une invasion de scolytes en premier lieu.

Un petit coléoptère avec une tâche importante

Les scolytes forment une sous-famille d’insectes de l’ordre des soi-disant coléoptères et de la famille des Curculionidae. Sur près de 4 000 types de coléoptères de par le monde, plus de 150 types différents peuvent être trouvés en Europe. En principe, ces derniers ont un rôle important à jouer dans la nature : Ils sont les « décomposeurs » des plantes ligneuses pourries et remplissent leur tâche en colonisant et en décomposant les bois faibles et déjà morts. Cela crée à son tour de l’espace pour d’autres espèces ligneuses, ce qui, en soi, est une tâche importante.

Toutefois, avec l’avancée du changement climatique, dû aux tempêtes, aux étés chauds et secs, la scolyte a pu se multiplier en masses énormes au cours des dernières années et devient un problème de plus en plus grave pour l’environnement, les forêts, la sylviculture et les jardins. En particulier des épicéas, des chênes ou des hêtres affaiblis ou malades, mais aussi des arbres fruitiers, sont susceptibles d’être infestés. En règle générale, des arbres sains peuvent se défendre avec succès, aussi longtemps que le nombre de coléoptères ne devient pas incontrôlable. S’ils deviennent trop nombreux, ils peuvent également s’attaquer avec succès à des arbres sains.

 Reconnaître une invasion de scolytes dans son propre jardin

La taille des scolytes n’est que de quelques millimètres, ce qui complique considérablement leur détection. Cependant, il existe plusieurs indices qui peuvent indiquer une infestation : D’une part, il s’agit de trous de forage dans le tronc ou les branches plus épaisses, qui peuvent également présenter des gouttes de résine. La présence de poussière de forage brune à la base du tronc est également un signe d’infestation par les scolytes. Les arbres concernés présentent également souvent des signes tels que des branches, des troncs et des rameaux dépéris et perdent leurs feuilles prématurément.

Lutter contre le scolyte

Dès que tu as détecté une invasion de scolytes, il faut agir immédiatement : Des branches individuelles peuvent être enlevées sans problème, des pousses infestées doivent également être découpées et éliminées. Il est important de ne pas jeter le bois et les écorces infestés dans le compost du jardin, mais plutôt de les éliminer ensemble avec les déchets organiques, afin de minimiser les possibilités de propagation

Si le tronc de l’arbre est visiblement touché par l’infestation, rien ne peut malheureusement y faire. Dans ce cas de figure, l’arbre concerné doit être abattu en hiver afin d’empêcher que la prochaine génération de scolytes n’ait une chance d’éclore et de continuer à se propager. Les arbres voisins doivent également être inspectés régulièrement pour détecter une éventuelle infestation.

Peut-on prévenir le scolyte dans son propre jardin indigène ?

On ne peut jamais empêcher une infestation de scolytes de manière absolument sûre, mais, en veillant à une santé optimale des arbres dans le jardin à travers une alimentation suffisante en eau et en nutriments, on a déjà beaucoup fait. Plus les arbres se portent mieux, plus il est difficile pour le scolyte de pouvoir s’y loger. C’est la raison pour laquelle un entretien des plantes consciencieux et un système d’irrigation sophistiqué dans son propre jardin constitue en fait la meilleure prévention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.